les monologues du chienchien

17 juin 2008

Jean Sarkozy - 2022

4175322631_jean_sarkozy_elu_a_la_tete_du_groupe_ump_ncIl est bien Jean, hein. Il est vraiment très, très bien. Comme son père, en somme. C'est le même. Un Sarkozy en France, c'est déjà inouï, alors deux... Je ne sais pas si les français, ces enfants gâtés, mesurent leur chance. Avoir un Nicolas ET un Jean Sarkozy, putain quelle baraka... Avec Jean au moins, on peut être tranquille, et envisager l'avenir avec sérénité. Vous voulez le programme de ces 40 prochaines années ? Eh bien le voilà : Mon Maître va au terme de tous ces mandats : 2012, 2017, pourquoi pas 2022 ? Et ensuite Jean prend le relais. 2027,  2032, 2037... Quoi de mieux qu'un fils pour poursuivre l'oeuvre de son père (le chef d'oeuvre). Rien. Toute l'histoire de France le montre. Ouf... Putain. On a eu chaud. Vous imaginez, sans Jean... A qui Mon Maître aurait confié la France en 2022 ? A Ségolène Royal ? Qui reviendrait ? A 70 ans ? Avec l'ordre juste, le gagnant-gagnant, et toutes ces conneries... Mon Dieu quelle horreur ! Quand on sait à quoi la France a échappé, on a envie de dire merci Jean. Plein de français commençaient à angoisser et à se dire : jusqu'en 2022, on est peinard, mais après ? Eh ben après on sera encore peinard. Et après 2037 ? Après... Prions pour que Jean ne soit pas stérile.   

   

Posté par sarkochienchien à 00:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 mai 2008

Mon Maître à Rungis

photo_1211875961148_1_originalAujourd'hui Mon Maître s'est levé à 4h du matin pour aller à Rungis. L'année dernière, pendant la campagne, je comprenais. Mais là, en ce moment, à quoi bon aller serrer des louches en faisant semblant de s'extasier devant une pauvre rondelle de saucisson huileuse ? Excellent, hein. Très bon, hein, Raymond, vraiment. Avant évidemment de recracher discrètement. Mais qu'est-ce qu'il a Mon Maître ? Depuis quelque temps, je l'avoue, je ne sais pas trop ce qui se passe dans son cerveau. C'est un grand mystère. Peut-être qu'il s'est réveillé en sursaut avec une envie subite de voir des pauvres ? "Des pauvres, des pauvres. Il faut que je voie des pauvres qui bossent". Allez savoir. Et le pire dans cette histoire, c'est qu'il y est allé avec Carla. Mais qu'est-ce qui se passe avec Carla ? Il en a déjà marre ou quoi ? Il veut qu'elle se barre ? Pourquoi la tire-t-il de la douceur du lit conjugal à 4h du matin pour lui mettre sous le nez des cadavres de boeufs pendouillant dans une chambre froide. Qu'est-ce qu'elle en a à foutre Carla de la viande de boeuf et de la France qui se lève tôt ? Elle est végétarienne et se couche tard. Et les chambres, elle les préfère torrides. Carla est une grande chanteuse, pas une charcutière. Il faut que Mon Maître se mette ça une bonne fois pour toute dans la tête.   

Posté par sarkochienchien à 00:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 mai 2008

Sarko au Congo

2761694405_sarkozy_et_dos_santos_enterrent_les_malentendus_entre_france_etMais qu'est-ce qu'il fout en Afrique, Mon Maître ? Il déteste ça, l'Afrique, Mon Maître. Il est devenu maso ou quoi ? A moins que ce soit de la faute des africains. Oui, c'est sûr, c'est de la faute des africains encore. C'est toujours de la faute des africains. Je vois le truc : ils l'ont invité et Mon Maître, trop gentil, n'a pas su dire non. Mais pourquoi l'invitent-ils, les africains, putain ? Y a quelques mois, à Dakar, il a pourtant chercher à s'en débarrasser une bonne fois pour toute en disant les pires trucs sur eux. Enfin en disant ce qu'il pense quoi. En gros, à ses yeux, les africains, c'est une bande de pécores destinés à naître et à mourir (souvent à 44 ans) sur le même lopin de terre en ayant, entre temps, tentés en vain d'y faire pousser la moindre patate flétrie. Bien balancé ça, s'était-il dit. Il pensait : là, c'est sûr, ils sont pas prêts de m'accueillir à nouveau à bras ouverts, les bamboulas. Eh ben non. Raté. Il faut croire que ça n'a pas suffi. Ils tendent l'autre joue, les nègres. La tradition de l'accueil, le sens de l'hospitalité, toutes ces conneries-là, ils aiment bien. Mais nom de dieu, il faut les insulter en quelle langue ces sauvages pour qu'ils comprennent. Pour qu'ils se mettent enfin dans la tête qu'on peut pas les blairer ? Moi je ne vois qu'une solution : leur dire la vérité. Leur dire : salut les nègres, vous rêvez d'Europe ? Eh ben pas de chance, vous êtes notre cauchemar. Alors chacun chez soi les gars, hein ? Chacun chez soi, compris ? Et de toute façon, si vous venez, Nicolas, il vous ramène ici, ok ? Dans un grand avion sans siège. C'est même devenu un de ses jeux favoris à Nicolas de vous ramener. Il a des objectifs chiffrés. Mais enfin, en attendant, à l'heure qu'il est, Mon Maître, il est là-bas, en Angola, à 17h de vol d'ici... Oh Mon pauvre petit Maître. Qu'est-ce qu'il doit souffrir si loin de l'hôtel Bristol. Pauvre petit Maître. L'Afrique c'est pas pour lui. Lui qui ne supporte ni la chaleur, ni les noirs, ni les pauvres. Et tout ce sable... J'espère au moins que Brice est avec lui. Pour le protéger. Si Brice est avec lui, ça va. Avec Brice, les noirs ne s'approcheront pas trop de Mon Maître. Parce que Brice, pour éloigner les noirs, c'est le meilleur. 

Posté par sarkochienchien à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2008

Un an déjà

h_20_1073365_1208197374Ca fait déjà un an que Mon Maître est aussi le vôtre. Bande de veinards. Vous ne savez pas la chance que vous avez. C'est normal. Vous ne pouvez pas le savoir. Vous ne vous souvenez déjà plus comment c'était avant lui. Moi non plus d'ailleurs. Je serais bien incapable de dire qui était président avant Mon Maître. Putain, un an déjà. Ca passe si vite... A peine le temps de s'installer au château... Mais en fait on s'en fout un peu de cet anniversaire. Ce qui est important, c'est pas l'année qui vient de s'écouler, c'est les quatre qui restent. Et puis à quoi bon le fêter cet anniversaire ? C'est complètement inutile : Mon Maître n'a pas attendu un an pour faire la fête. Il la fait tous les jours. Toutes les heures. Toutes les minutes. Chaque seconde de sa vie de président est une immense teuf. La preuve : il est impopulaire. Tous les fêtards le sont. Comment ne le seraient-ils pas ? Ils vont se coucher quand tout le monde se lève et ils se tapent les plus belles meufs. 70 % de mécontents... 70 % de mécontents... 70 % de jaloux oui ! Eh bien ils n'avaient qu'à s'y présenter à l'élection présidentielle, tous ces jaloux ! Qu'est-ce que ça peut lui foutre à Mon Maître que les français soient mécontents ? Il s'en branle. Il ne demande pas aux français d'être contents ou mécontents. Il leur demande simplement de voter pour lui. Ils l'ont fait massivement y a un an. Ils le referont dans quatre ans. En attendant, entre deux élections, Mon Maître s'amuse comme un petit fou. Au lieu d'être mécontents, les français devraient essayer d'en faire autant. Mais les jaloux ne s'amusent jamais vraiment. Ils s'intéressent trop aux jouets des autres. Il va bien falloir qu'ils prennent leur mal en patience. Car en France, jusqu'à nouvel ordre, il n'y a qu'un Président. Alors les jaloux ont beau être mécontents, Mon Maître est là et bien là. Et pour longtemps.            

Posté par sarkochienchien à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2008

Erreur

h_2_ill_1038435_ppdaMais qu'est-ce qu'il lui prend à Mon Maître ? Il est devenu complètement con ou quoi ? Je l'ai vu hier soir à la télé, c'était désastreux. Il a passé la soirée à s'excuser : "c'était sans doute une erreur", "j'ai fait des erreurs", "une énorme erreur". Il se battait tellement la coulpe qu'à un moment j'ai crû qu'il allait dire un truc du genre : " M. d'Arvor, ce soir, je suis venu dire aux français que je suis une grosse merde et qu'ils ont fait une erreur monumentale en m'élisant". Ou qu'il allait s'étrangler en direct avec sa cravate en s'excusant pour tout le mal qu'il a fait à la France depuis un an. Non, vraiment, je n'ai pas reconnu Mon Maître. Que lui est-il arrivé ? A lui qui a passé sa vie à dire : "faute à demi avouée, faute entièrement avérée" ? Comment a-t-il pu passer de son célèbre "je suis le meilleur" au "je fais beaucoup d'erreurs" d'hier soir ? J'avoue que je ne comprends pas bien sa stratégie. S'il pense que c'est comme ça qu'il va régler son problème de popularité, il se trompe. Il fallait rassurer les français et non pas donner le sentiment qu'il y a à l'Elysée un type qui fait plein de gaffes mais qui devrait quand même y arriver, avec un peu de chance, et si Dieu le veut. Moi, Mon Maître, je l'adorais quand il était sadique. Je crois qu'en devenant maso (genre "fouettez-moi, je le mérite"), il commet une énorme erreur. 

Posté par sarkochienchien à 12:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]


17 avril 2008

Embrasse-moi, Carla

magritte_not_a_pipe- Carla ?
- Oui, chéri ?
- Tu m'aimes ?
- Mais bien sûr chéri, attends, comment tu peux en douter ?
- Non mais je sais pas mais comme t'as dit dans une interview que la fidélité, c'est ton truc pendant 2 mois, et qu'après...
- ...Oui, mais attends... C'était avec les autres ça...
- Avec les autres ? Avec quels autres ? Avec Mick Jagger ? Avec Clapton ? Avec Klarsfeld ?
- Euh... oui, oui, avec eux et les autres, oui... Avec toi, je suis super fidèle. Je m'étonne moi-même...
- Tu veux dire que moi, je suis mieux que tout tes ex ?
- Mais oui, Nicolas, t'es mieux. Bien mieux même !
- Parce que je suis Président, c'est ça ?
- Non parce que tu es beau et cool, et que je t'aime quoi, c'est tout... Tu pourrais bien être charcutier, ça ne changerait absolument rien...
- T'es plus polygame alors ?
- Ah si, si, toujours...
- Attends, je comprends plus rien, qu'est-ce que tu racontes ? Tu m'as dit que, maintenant, t'étais fidèle ?
- Oui, je suis fidèle à tous les hommes qu'il y a en toi. Y a plusieurs hommes en toi Nicolas, et... ça me comble...
- Tu veux dire que tes ex rock-star ne m'arrivent pas à la cheville ?
- Oui, et pourtant ils te dépassent tous de plusieurs têtes...
- De plusieurs têtes vides... Embrasse-moi, Carla...
- ...
- Non pas là !
- Où ça ? Là ?
- Non là !
- Ah, d'accord
- ...
- C'est très bien comme ça, continue
- ...
- Accélère un peu...
- Tu me préviens, hein ?
- ... ... ... ...
- ...Trop tard...
- Attends, attends, Carla... Ca va, ça va... Ne m'embrasse plus...

Posté par sarkochienchien à 12:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 avril 2008

Orange flétrie

rotten_orangeEncore une baisse de 8 % d'opinions favorables. Mais qu'est-ce qu'ils ont les français ? Qu'est-ce qu'ils veulent ? Ils en ont marre, c'est ça ? Déjà ? Ils font un caprice ? Je vais vous dire le fond de ma pensée : les français se comportent comme des enfants trop gâtés boudant devant leurs cadeaux de noël. Vous voyez le genre ? On leur offre le plus beau cadeau du monde, et eux, ils le cassent, ils boudent. Finalement, ils voulaient autre chose. Une vraie bande de fils de bourgeois blasés. Et dire qu'à noël certains enfants se contentent d'une orange flétrie ou d'une vieille poupée moisie. Les français mériteraient eux aussi des cadeaux de merde. Je sais pas comment fait Mon Maître. Mais face à l'ingratitude des français, il fait preuve d'un sang froid hors du commun. A sa place, je m'énerverais et j'offrirais pendant une semaine la présidence de la République à Ségolène Royal, ou mieux, à Bayrou. Une poupée moisie et une orange flétrie. Croyez-moi, les français s'en souviendraient longtemps de cette punition. Et au bout de deux jours, ils se mettraient à genoux et ils crieraient pour qu'il revienne, Mon Maître. Et sa côte de popularité flirterait avec les 80 % jusqu'en 2012.

Posté par sarkochienchien à 00:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 mars 2008

Saison 2

The_West_Wing_cast_708368La saison 1 a mal fini. Voilà le résumé des derniers épisodes : la côte de popularité du héros est au plus bas, il a de plus en plus de mal à se contrôler ("casse-toi, pauvre con"), ses amis se prennent une grosse branlée aux municipales, et un SMS soi-disant adressé par le héros à son ex-femme ("si tu reviens, etc., etc.") commence a rendre sa nouvelle épouse jalouse. Bref, un beau bordel. Il fallait réagir, et bien sûr, mon héros de Maître n'a pas tardé à le faire. Contrairement à ce qu'on dit trop souvent, ce qui a le plus déplu au public dans la dernière saison, ce n'est pas lui mais les seconds rôles qui l'entourent : l'acteur principal est excellent mais  les seconds rôles ne le mettent pas suffisamment en valeur. Alors pour augmenter l'audience de la saison 2 Mon Maître a encore eu une idée de génie : il a fait appel à de nouveaux talents. Et attention c'est du lourd. Parmi eux il y a entre autres Yves Jégo et Nadine Morano. Morano et Jégo, excusez du peu, c'est le haut du panier. Les dernières cartouches. Autant dire que si ce nouveau casting ne fonctionne pas, il faudra songer à virer les scénaristes. Dieu merci, nous n'en sommes pas encore là. Mais si Mon Maître me demandait des conseils pour les prochains scénarios, je lui dirais ceci : il faut plus de cul. Cul, cul, cul et cul. Toutes les séries télé qui marchent appliquent cette bonne vieille recette. Un scénario sans intrigue sexuelle ne vaut rien, et doit finir à la corbeille. Tout le monde sait ça. Le héros et Cécilia, le héros et Carla, c'était pas mal du tout, vraiment. Mais pas suffisant. Il en faut plus. Beaucoup plus. Le public s'est accoutumé, il faut augmenter les doses. Alors voilà, en vrac, mes propositions pour les prochains épisodes, elles font bien sûr intervenir nos deux nouveaux seconds rôles : Yves Jégo et Nadine Morano. Lors du prochain conseil des ministres, Yves et Nadine se lancent des regards brûlant de désir . A partir de là, tout va très vite. Ils s'échangent des SMS torrides que la presse publie : "21 cm au repos ? Juré ?".  Ils se font photographier en train de s'embrasser au Parc Astérix. Des photos paraissent dans toute la presse. Ils divorcent, se remarient, et ont un enfant. Les médias ne s'intéressent qu'à eux, et leur histoire occupe la France entière jusqu'à l'été. Pendant ce temps, à l'Elysée, Mon Maître reste discret et engrange + 10, + 12, + 18, + 29, début juillet, il est à 68 % d'opinion favorable. En septembre, François Fillon meurt mystérieusement. Mon Maître reprend deux fois du risoto et, pour une fois, se permet une petite coupette de champagne. Selon les premiers éléments de l'enquête, François Fillon aurait été empoisonné. Mon Maître, invoquant un difficile travail de deuil, ne nomme pas de nouveaux premiers ministres. Sa côte de popularité se maintient au plus haut niveau. Selon la presse, Xavier Bertrand pourrait ne pas être étranger au décès de François Fillon.  Le couple que forment Yves et Nadine bat de l'aile et se sépare. Nadine lance a un journaliste : "moi j'aime les mecs virils si vous voyez c'que j'veux dire, je m'demande bien c'que j'ai pu trouvé à c'pauve type, il est menteur et prétentieux : il vous promet ça et il vous donne ça". La France semble avoir oublié François Fillon sans peine. Xavier Bertrand se suicide, et au conseil des ministres, tout le monde affiche un franc sourire. Jean-François Copé déclare dans Closer : "oui, je me fais implanter des cheveux, et alors ?". Carla et Mon Maître sont photographiés à la sortie d'un club échangiste. Mon Maître refuse de nommer un nouveau premier ministre, il déclare que François Fillon est irremplaçable, sans toutefois parvenir à étouffer un début de fou rire. Etc., etc., etc. Voilà. Encore une fois, ce ne sont que des pistes, tout ceci doit être affiné. Mais espérons que Mon Maître retienne ces quelques idées. La France a tout à y gagner. Promis.      

Posté par sarkochienchien à 00:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]

13 mars 2008

Elections municipales : et maire(de) !

61MaireDimanche dernier, on s'est pris une claque. Quel gâchis. Mais putain ils peuvent pas faire comme Mon Maître tous ces cons de candidats. Enfin, c'est quand même pas si dur, merde. Alors Mon Maître, lui, il s'est fait triomphalement plébiscité par la France entière, et cette bande de connards n'est même pas foutue de se faire élire maire dans des villes moisies de 38 000 abrutis. C'est quand même incroyable, non ? Vous voulez mon avis ? Je pense que ces candidats, c'est une vraie bande de bons à rien. Ouais, des-bons-à-rien. Et je mets ma papatte à couper que la plupart d'entre eux n'ont jamais été élus, même pas délégués de classe dans de leur lycée agricole de losers ou mister camping dans leur camping préféré de la Grande Motte. Des zéros. Tous autant qu'ils sont. Mais après tout, on a les candidats qu'on mérite. Ils sont là, ils sont là. C'est comme ça, il faut faire avec. De toute façon, maintenant y a leurs gueules couperosées sur les affiches et leurs noms à la con sur les bulletins, on peut plus les virer. Surtout à trois jours du second tour. Mais je comprends que certains électeurs soient réticents. Parce que dans certaines villes, on a vraiment l'impression qu'il suffit d'être le plus con pour avoir le droit de représenter les autres. Mais enfin bon. Maintenant il est trop tard pour avoir des regrets. Alors il faut se bouger le cul. Allez, allez, au boulot. Mon Maître leur a montré le chemin, ils n'ont qu'à le suivre. Sa méthode a fait ses preuves, non ? Alors, ils n'ont plus qu'à répéter ses formules et à s'inspirer de son style. C'est pas parce qu'on a pris une claque au premier tour qu'on doit tendre l'autre joue au second. Le temps est compté mais rien n'est perdu. Alors voici, pêle-mêle, le rappel de quelques principes de base. On ratisse les villes, quartier par quartier, immeuble par immeuble, appart par appart. Aucun électeur en âge de voter ne doit être oublié. On dit à chacun bien plus que ce qu'il n'a jamais espérer entendre dans la bouche d'un candidat. On blague, on rit, on tape dans le dos et on lève le coude. On trouve tous les commerçants formidables. On promet, on promet et on promet, tout, le contraire de tout, et à tout le monde. On dit que le chien est beau et qu'il a l'air gentil (ça marche aussi avec les chats, les enfants, les handicapés et les personnes âgées). On discrédite les programmes des adversaires et les adversaires eux-mêmes, au besoin en leur inventant des tares rédhibitoires (alcoolisme, zoophilie, incontinence, spasmophilie, strabisme, impuissance, gauchisme, etc., etc.). Mais j'insiste sur le point le plus important : on met le paquet sur les promesses ; les électeurs ont 6 ans pour les oublier, pour déménager, ou pour mourir. Voilà. Un peu de méthode n'a jamais fait de mal à personne. On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre. Maintenant la balle est dans votre camp. Veillez à ce qu'elle ne finisse pas dans votre tête. Une menace ? Non, c'est pas une menace, c'est une façon de vous motiver. Alors vous la voulez votre écharpe bleu blanc rouge ? Eh bien maintenant, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Arbeicht !   

Posté par sarkochienchien à 00:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 février 2008

"Casse-toi, pauvre con"

h_20_1103580_1203920949Oui, il a bien dit ça. Et alors ? Il devrait s'excuser ? Non mais ça va pas bien ou quoi ? Un type refuse de serrer la main de Mon Maître en disant : "ah non, touche-moi pas, tu m'salis", et Mon Maître devrait s'excuser ? Pfff... Et puis quoi encore ? J'ai tout entendu sur cette histoire. Non mais qu'est-ce que vous auriez voulu qu'il lui réponde à ce type ? Ca : "Cher Monsieur, je peux vous assurer que je ne vous salirais pas : je me suis  douché ce matin avec des cosmétiques de très grandes marques, alors soyez rassuré, vous ne risquez absolument rien" ? C'est mal connaître Mon Maître. Il faut savoir une chose : du berceau au cercueil, un Sarkozy, ça ne baisse jamais les yeux, ok ? Jamais ! Et il est pas né celui qui lui fera baisser les yeux, à Mon Maître. Et c'est sûrement pas un pauvre con qui va l'intimider. Mon Maître, depuis la cour de récré, il n'a jamais baissé les yeux. Il a beaucoup levé la tête (1m65), mais il n'a jamais baissé les yeux (King Size). "Touche moi, tu m'salis", ah là là, ce qu'il ne faut pas entendre. Pfff... C'est plutôt Mon Maître qui se serait sali au contact de ce sale type. Parce qu'en plus d'être vieux et moche, il n'avait pas l'air clean du tout. Alors que ce gars dise : "touche moi pas, tu m'salis" à Mon Maître, c'est un peu l'histoire du camembert qui dit au roquefort : tu pues. Oui, y a rien à faire, moi, plus je regarde ce pauvre con, plus je me dis que c'est lui qui aurait sali Mon Maître. Ce mec-là, il suffit de le voir en photo pour respirer ses effluves d'aisselles et son haleine nauséabonde. Et puis comment un type qui parvient sans doute à peine à masquer ses odeurs corporelles pestilentielles à grand coup de Brut de Fabergé de routier peut-il dire un truc pareil à Mon Maître qui, lui, porte la fragrance la plus classe du monde (Dior homme). Délicatesse, raffinement et sophistication. Franchement, moi, je me demande encore ce qui est passé par la tête de ce type. Quand on a la chance de voir Mon Maître de si près, on devrait être fou de joie, lui serrer la main chaleureusement, et ne plus jamais se la laver. Pas lui dire "touche-moi pas, tu m'salis". Serrer la main de Mon Maître, c'est un peu comme gagner au loto : c'est le rêve de tout le monde mais personne ne le réalise. Alors quand cette chance se présente, que dire d'autre que "casse-toi, pauvre con" à celui qui ne sait pas la saisir. Allez, tant pis pour toi, pauvre con, c'était la chance de ta vie, tu ne l'as pas saisie, casse-toi, elle ne se représentera. On peut retourner le problème dans tous les sens, et se fatiguer à chercher une autre formule. La meilleure, la plus juste reste celle de Mon Maître : "casse-toi, pauvre con".

Posté par sarkochienchien à 12:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]